La Maison Meyuhas | עיר דוד

Boutique

Cadeaux
Boucles d'oreilles

La Maison Meyuhas

Retour à la visite virtuelle >

En 1873, la famille Meyuhas quitte la Vieille Ville, dont les portails sont alors fermés à la tombée de la nuit, pour fonder son foyer dans la Cité de David. A l’occasion de fouilles réalisées par l’archéologue juif français Raymond Weill (en 1913-1914) plusieurs caveaux identifiés comme étant les tombeaux de la Maison de David sont découverts sous l’habitation des Meyuhas. Sous les Romains, les lieux servaient de carrière, ce qui a causé de sérieux dommages aux caveaux, que l’on identifie donc avec peine. En résultat de cette découverte et de plans ultérieurs visant à creuser sous leur maison, les Meyuhas quittent les lieux. Les fouilles révèlent une inscription grecque qui mentionne une synagogue de Jérusalem ainsi qu’un homme appelé Theoditus ben Vetnus. Celui-ci et ses ancêtres avaient fait office de préposés à la synagogue sous le Second Temple. Cette découverte fournit une rare preuve archéologique de l’existence de synagogues à Jérusalem même pendant l’existence du Temple. Les souhaits de la famille Meyuhas visant à établir une communauté juive dans la région sont exaucés en 1991 lorsque sont entrepris les travaux de construction d’un vaste quartier résidentiel juif. Aujourd’hui cette communauté abrite plus de 250 personnes. 

 
A l’est, entre les maisons du village de Silwan (dérivé de l’ancien nom de Siloé = Shiloah), un quartier de juifs yéménites est fondé en 1884. Ces juifs yéménites émigrent en Terre Sainte en 1882. En raison de la pénurie d’habitations et des difficultés économiques, certains immigrants yéménites construisent leurs foyers dans les caveaux du Mont des Oliviers. Plus tard, les Juifs de Jérusalem leur viennent en aide et leur construisent des habitations dans la région. A son apogée, cette communauté comptait près de 150 familles. Le quartier est abandonné pendant l’insurrection arabe de 1936-1939. On retrouve encore dans le village les vestiges des habitations yéménites – que l’on reconnaît, par exemple, par l’indentation des mezouzot sur les montants de certaines portes du village.
Retour à la visite virtuelle >
Quoi de mieux par une chaude journée d’été que de visiter, les pieds dans l’eau, le tunnel et le bassin d'Ézéchias ?
Suivez Cité de David sur :